Dermatological And Cosmetic Depigmenting Compositions, Methods For The Preparation Thereof And Uses Thereof

COMPOSITIONS DEPIGMENTANTES DERMATOLOGIQUES ET COSMETIQUES, LEURS PROCEDES DE PREPARATION, ET LEURS UTILISATIONS

L'invention concerne des compositions dépigmentantes, des procédés de préparation de telles compositions, et leurs utilisations.

L'hyperpigmentation de la peau est un trouble courant se manifestant par l'apparition de taches brunes ou colorées de la peau due à l'accumulation de mélanine, et conférant à la peau une hétérogénéité. Les taches pigmentées peuvent apparaître sur toutes les parties du corps, en particulier sur le dos des mains, sur le visage, le décolleté et le crâne des hommes.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer au développement de lésions hyperpigmentées, les plus fréquemment cités étant la prédisposition familiale, les hormones, l'exposition au soleil, et le vieillissement cutané. En outre, des taches pigmentées peuvent apparaître suite à des agressions ou à des inflammations cutanées. Une augmentation de la production de mélanine peut ainsi être provoquée par un processus inflammatoire cutané par exemple après traumatismes, éruptions eczémateuses, ou d'autres irritations cutanées.

Parmi les désordres de la pigmentation, les tâches de vieillesse ou lentigines solaires sont une forme commune d'hyperpigmentation. Elles sont dues aux dommages du soleil, et apparaissent habituellement sur le dos des mains et des bras, sur le décolleté ou encore au niveau de la face. Ces taches sont plus foncées que les taches de rousseur ou éphélides, et persistent en hiver. En conséquence, il existe donc un réel besoin d'un traitement efficace et sans risque des symptômes du photovieillissement, en particulier les tâches hyperpigmentaires induites par l'exposition aux rayons ultraviolets.

Les lésions de mélasma ou chloasma sont plus étendues que les tâches de vieillesse et localisées sur le visage. Elles sont dues le plus souvent à des changements hormonaux. La grossesse, par exemple, peut déclencher la surproduction de mélanine qui cause le "masque de grossesse".

Les changements de couleur de la peau peuvent résulter de causes extérieures, comme par exemple, les maladies de peau telles que l'acné, ou les lésions cutanées. Les taches de rousseur sont également de petites taches brunes qui peuvent apparaître n'importe où sur le corps, mais sont les plus communes sur le visage et les bras. Les taches de rousseur sont une caractéristique héritée.

L'hyperpigmentation post-inflammatoire (PIHP) est également un désordre de la pigmentation fréquent qui peut être la conséquence de divers désordres cutanés aussi bien que d'interventions thérapeutiques. Cet excès de coloration de la peau peut être consécutif à des infections, des réactions allergiques, des traumatismes tels qu'une abrasion, une cicatrice, une brûlure, des réactions aux médicaments, des éruptions phototoxiques, et également suite à des maladies inflammatoires telles que l'acné, l'eczéma, la psoriasis, le lichen plan, le lupus érythemateux, la dermatite atopique, ou le lymphome cutané.

La PIHP est plus commune chez les phototypes foncés tels que les peaux non caucasiennes, en particulier les peaux asiatiques, noires, ou métisses

Les agents dépigmentants ou agents de blanchiment actuellement utilisés sous forme de compositions topiques permettent de réduire la densité de mélanine dans l'épiderme. Ces agents sont généralement absorbés à travers les couches inférieures de l'épiderme et ralentissent la formation de mélanine.

L'hydroquinone est un agent dépigmentant, ainsi que ses dérivés, tels que le benzyl-oxy-phénol et l'hydroquinone monobenzylether. Cependant, ces agents présentent plusieurs inconvénients : l'hydroquinone est instable en milieu alcalin et est oxydé sous forme de quinone, ce qui donne une couleur brunâtre aux compositions la comprenant ; l'hydroquinone est irritante; elle peut également induire des réactions d'hypersensibilité et dans certains cas rares des ochronoses ; l'hydroquinone est également suspectée d'être carcinogène; l'hydroquinone monobenzylether n'est pas métabolisé correctement lorsqu'il est absorbé à travers la peau et provoque des dépigmentations irréversibles. On connaît également le méthoxyphénol, un éther d'hydroquinone, qui présente l'inconvénient d'être peu soluble dans l'eau et difficile à incorporer dans des formulations cosmétiques ou dermatologiques.

Il a été décrit une composition dépigmentante comprenant (US 3,856, 934) de l'hydroquinone, de l'acide rétinoïque et la dexaméthasone, mais cette composition est également irritante et peut provoquer des démangeaisons dans les cas les plus extrêmes. Divers produits du type vitamine C, acides de fruits, et filtres solaires ont été développés pour traiter ces problèmes de pigmentation, mais la plupart d'entre eux renferment des mélanges instables et sont peu actifs.

II existe ainsi un besoin de traiter les taches d'hyperpigmentation et d'éliminer les défauts de la peau généralement dus au dépôt de quantités excessives de mélanine.

Par ailleurs, il existe un besoin de pouvoir décolorer une peau normalement pigmentée afin d'accroître l'éclat du teint, ou afin d'uniformiser l'apparence de la peau.

Les motivations qui poussent à décolorer la peau peuvent être diverses.

L'éclaircissement franc du teint est souvent recherché en Afrique Noire ainsi que dans les pays asiatiques, avec des solutions traditionnelles ou chimiques qui présentent généralement des effets secondaires néfastes importants sur l'aspect et la structure de la peau.

La pâleur ou la blancheur du visage asiatique est obtenue avec des molécules, telles que l'arbutine, l'acide kojique, ou l'acide ascorbique, qui peuvent être mal tolérées ou irritantes.

II existe donc un besoin de disposer de compositions présentant une activité dépigmentante ou éclaircissante et qui soient bien tolérées par la peau, notamment pour des peaux non caucasiennes, telles que les peaux hispaniques, indiennes, noires, asiatiques ou métisses.

Le rucinol, ou lucinol, ou encore 4-butyl-resorcinol, est commercialisé comme agent éclaircissant des taches brunes liées aux troubles de la pigmentation.

Considérant ce qui précède, un problème que se propose de résoudre l'invention est de réaliser une composition qui montre une efficacité améliorée dans le traitement cosmétique et/ou dermatologique de la pigmentation, sans les inconvénients des compositions de l'art antérieur.

L'invention a pour premier objet une composition, de préférence dermatologique ou cosmétique, caractérisée en ce qu'elle comprend, dans un milieu physiologiquement acceptable, (i) au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels et (ii) au moins un rétinoïde (ci-après appelés « actifs (i) et (ii) »).

Par composition dermatologique, on entend une composition destinée à traiter et/ou à prévenir les désordres pigmentaires cutanés.

Par composition cosmétique, on entend une composition destinée à embellir la peau et/ou améliorer son aspect physique.

Par milieu physiologiquement acceptable, on entend un milieu compatible avec la peau, les muqueuses et/ou les phanères.

Elle a pour deuxième objet l'utilisation d'au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, et d'au moins un rétinoïde, pour préparer un médicament destiné au traitement et/ou à la prévention des désordres de la pigmentation. Elle a également pour objet l'utilisation d'une composition comprenant, dans un milieu physiologiquement acceptable, au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, et au moins un rétinoïde, pour préparer un médicament destiné au traitement et/ou à la prévention des désordres de la pigmentation.

Elle a pour troisième objet l'utilisation d'une composition cosmétique comprenant, dans un milieu physiologiquement acceptable, au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, et comprenant en outre un rétinoïde, pour la prévention et/ou le traitement cosmétique de la pigmentation cutanée.

Elle a encore pour objet une méthode de traitement dermatologique ou cosmétique de la pigmentation cutanée, comprenant l'administration d'une composition selon l'invention à un individu à traiter.

Le rucinol, ou lucmol, ou encore 4-butyl-resorcinol, est un composé de formule :

connu et commercialisé comme agent éclaircissant des taches brunes liées aux troubles de la pigmentation (produit Iklen®).

Par sels de rucinol, on entend notamment des sels formés avec une base pharmaceutiquement acceptable, notamment une base minérale telle que la soude, la potasse et l'ammoniaque ou une base organique telle que la lysine, l'arginine, la N-méthyl-glucamine, mais également les sels formés avec des aminés grasses telles que la dioctylamine, l'ammométhyl propanol et la stéarylamine.

De préférence, on utilisera le rucinol.

De manière surprenante, la Demanderesse a mis en évidence une amélioration significative de l'activité dépigmentante du rucinol lorsqu'il est en association avec un rétinoïde et, notamment, une dépigmentation plus rapide que les compositions de l'art antérieur et que le rucinol seul. En particulier, la Demanderesse a découvert qu'une quantité efficace de rétinoïde agit en synergie avec une quantité efficace de rucinol pour l'effet dépigmentant de la peau et permet de diminuer de manière significative les effets secondaires tels que les irritations.

Les rétinoïdes trouvent diverses applications en dermatologie. Cependant, il est connu que ces composés présentent des effets secondaires indésirables importants, qu'ils soient utilisés par voie systémique ou topique. Ils provoquent notamment des fortes irritations. Ces inconvénients des rétinoïdes ne permettaient pas de s'attendre aux effets avantageux des compositions selon l'invention. Les rétinoïdes pouvant être utilisés dans le cadre de l'invention comprennent notamment l'acide tout-trans rétinoïque ou trétinoine, l'acide 13-cis-rétinoïque ou isotrétinoine, l'acitrétine, l'acide arotinoïque, le rétinol, l'adapalène, le tazarotène, le rétinaldéhyde, l'etrétmate et, les composés protégés dans la demande de brevet WO2006/066978 tel que l'acide 3"-tert-butyl-4'-(2-hydroxy-ethoxy)-4"-pyrrolidin-1-yl- [1 ,1 ';3',1 "]terphenyl-4-carboxylique, les composés de la demande de brevet WO 2007/066041 dont l'acide 2-hydroxy-4-[3-hydroxy-3-(5,6,7,8-tétrahydro-5,5,8,8- tétraméthyl-2-naphtyl)-1-propynyl]benzoique ou l'un de ses énantiomères, les composés de la demande de brevet WO 2005/056510 dont l'acide 4'-(4- isopropylamino-butoxy)-3'-(5,5,8,8-tetramethyl-5,6,7,8-tetrahydro-naphthalen-2-yl)- biphenyl-4-carboxylique, les composés de la demande de brevet WO2005/056510 dont l'acide 4-{3-hydroxy-3-[4-(2-éthoxy-ethoxy)-5,5,8,8-tetramethyl-5,6,7,8- tetrahydro-naphthalen-2-yl]-prop-1 -ynyl}-benzoïque, les composés de la demande de brevet WO 2005/037772 dont l'acide 4-[2-(3-tert-butyl-4-diethylamino-phenyl)-2- hydroxyimino-ethoxy]-2-hydroxy-benzoïque. Le rétinol et l'adapalène sont particulièrement préférés.

Les compositions dermatologiques et cosmétiques selon l'invention ou les actifs (i) et (li) permettent ainsi de réduire la pigmentation cutanée, et notamment les hyperpigmentations locales de la peau. En particulier, lorsqu'ils sont utilisés par voie topique, ils produisent une dépigmentation de la zone cutanée sur laquelle ils sont appliqués.

Par « dépigmentation » on entend obtenir une décoloration d'une zone cutanée pigmentée. Lorsque cette zone cutanée est hyperpigmentée, on entend par « dépigmentation » obtenir une décoloration de ladite zone jusqu'à obtenir une couleur similaire à celle de la peau voisine.

Les compositions de l'invention ou les actifs (i) et (ii) conviennent particulièrement bien au traitement et/ou à la prévention des désordres de la pigmentation tels que : le mélasma ou chloasma, - les lentigines, le lentigo sénile,

- les taches de rousseur ou éphélides,

- la kératose actinique,

- les verrues séborrhéiques pigmentées planes,

- les hyperpigmentations post-inflammatoires notamment dues à des infections, des réactions allergiques, des dommages traumatiques (tels qu'une abrasion, une cicatrice, une brûlure), des réactions aux médicaments, des éruptions phototoxiques, et également suite à des maladies cutanées inflammatoires (telles que l'acné, l'eczéma, le psoriasis, la rosacée, le lichen plan, un lupus érythemateux, la dermatite atopique, et le lymphome cutané);

- les nevi,

- les hyperpigmentations à déterminisme génétique, - les hyperpigmentations d'origine métabolique. Les compositions selon l'invention ou les actifs (i) et (ii) trouvent également une application dans le domaine cosmétique, en particulier dans la protection contre les aspects néfastes du soleil, pour prévenir et/ou pour lutter contre le vieillissement photo-induit ou chronologique de la peau et des phanères.

L'invention porte également sur un procédé de traitement cosmétique non thérapeutique d'embellissement de la peau et/ou d'amélioration de son aspect de surface, comprenant l'application sur la peau et/ou ses phanères d'une composition comprenant au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, et au moins un rétinoïde.

Avantageusement, les compositions selon l'invention comprennent de manière avantageuse entre 0,0001 et 20% en poids d'au moins un rétinoïde et entre 0,0001 et 20% en poids d'au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, par rapport au poids total de la composition. De préférence, elles comprennent entre 0,001 et 10% d'au moins un rétinoïde et entre 0,01 et 15% de rucinol, ou ses sels, et plus préférentiellement entre 0,1 et 5% en poids d'au moins un rétinoïde et entre 0,1 et 5% en poids d'au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, par rapport au poids total de la composition.

Les compositions de l'invention peuvent comprendre en outre tout additif usuellement utilisé dans le domaine pharmaceutique, dermatologique ou cosmétique compatible avec le rucinol ou ses sels et un rétinoïde.

On peut citer notamment des séquestrants, des antioxydants, des filtres solaires, des conservateurs, par exemple la DL-alpha-tocophérol, des charges, des électrolytes, des humectants, des colorants, de bases ou d'acides usuels, minéraux ou organiques, des parfums, des huiles essentielles, des actifs cosmétiques, des hydratants, des vitamines, des acides gras essentiels, des sphingolipides, des agents apaisants et protecteurs de la peau tels que l'allantoïne, des agents propénétrants, des gélifiants ou un mélange de ceux-ci.

Bien entendu, l'homme du métier veillera à choisir ce ou ces éventuels composés complémentaires, et/ou leur quantité, de manière telle que les propriétés avantageuses de la composition selon l'invention ne soient pas, ou substantiellement pas, altérées. Ces additifs peuvent être présents dans la composition à raison de O à 20 % en poids par rapport au poids total de la composition.

On peut citer comme exemples d'agents séquestrants, l'acide éthylène diamine tétracétique (EDTA), ainsi que ses dérivés ou ses sels, la dihydroxyethylglycine, l'acide citrique, l'acide tartrique, ou leurs mélanges.

On peut citer comme exemples de conservateurs le chlorure de benzalkonium, le phénoxyéthanol, l'alcool benzylique, la diazolidinylurée, les parabènes, ou leurs mélanges.

On peut citer comme exemples d'agents humectants, la glycérine et le sorbitol.

Les compositions de l'invention sont susceptibles de contenir un ou plusieurs agents propénétrants dans des concentrations préférentielles allant de 0 à 20 % et plus préférentiellement allant de 0,6 à 3% en poids par rapport au poids total de la composition. Parmi les agents propénétrants, on utilise préférentiellement, sans que cette liste soit limitative, des composés tels que le propylène glycol, le dipropylène glycol, le propylène glycol dipélargonate, le lauroglycol et l'éthoxydiglycol.

Avantageusement, les compositions selon l'invention peuvent contenir également un ou plusieurs agents tensioactifs dans des concentrations préférentielles allant de 0 à 10 % et plus préférentiellement allant de 0,1 à 2 % en poids du poids total.

L'administration peut être effectuée par voie topique, entérale ou orale, parentérale ou oculaire.

Parmi ces voies d'administration, la voie topique est particulièrement préférée. Par voie topique, on entend une application sur la peau et/ou les muqueuses.

Les compositions de la présente invention peuvent se présenter sous toutes les formes galéniques normalement utilisées pour une application topique, notamment sous forme liquide, pâteuse, ou solide, et plus particulièrement sous forme d'onguents, de solutions aqueuses, hydroalcooliques ou huileuses, de dispersions du type lotion, de gels aqueux, anhydres ou lipophiles, de poudres, de tampons imbibés, de syndets, de lingettes, de sprays, de patchs, de mousses, de sticks, de shampoings, de compresses, de bases lavantes, d'émulsions de consistance liquide ou semi-liquide du type lait, obtenues par dispersion d'une phase grasse dans une phase aqueuse (Huile dans Eau) ou inversement (Eau dans Huile), ou de suspensions ou émulsions de consistance molle, semi-liquide ou solide du type crème, gel ou pommade. Elle peut également se présenter sous forme de suspensions de microsphères ou nanosphères ou de vésicules lipidiques ou polymériques ou de patchs polymériques ou gélifiés permettant une libération contrôlée. Cette composition par voie topique peut se présenter sous forme anhydre, sous forme aqueuse ou sous la forme d'une émulsion ou encore de micro- émulsions, de micro-capsules, de micro-particules ou de dispersions vésiculaires de type ionique et/ou non ionique.

De manière avantageuse, la composition se présente sous la forme d'une pommade, d'une crème, d'une lotion ou d'un gel.

La phase aqueuse d'une composition selon l'invention se présentant sous la forme d'une émulsion peut comprendre de l'eau, une eau florale telle que l'eau de bleuet, ou une eau thermale ou minérale naturelle, par exemple choisie parmi l'eau de Vittel, les eaux du bassin de Vichy, l'eau d'Uriage, l'eau de la Roche Posay, l'eau de la Bourboule, l'eau d'Enghien-les-Bains, l'eau de Saint Gervais-les-Bains, l'eau de Néris-les-Bains, l'eau d'Allevard-les-Bains, l'eau de Digne, l'eau de Maizières, l'eau de Neyrac-les-Bains, l'eau de Lons-le-Saunier, les Eaux Bonnes, l'eau de Rochefort, l'eau de Saint Christau, l'eau des Fumades et l'eau de Tercis-les-bains, l'eau d'Avène ou l'eau d'Aix les Bains. Ladite phase aqueuse peut être présente à une teneur comprise entre 10 et

90 % en poids par rapport au poids total de la composition, de préférence comprise entre 20 et 80 % en poids.

La composition selon l'invention peut contenir un gélifiant aux concentrations préférentielles allant de 0,1 à 15 % et, plus préférentiellement, allant de 0,5 à 5 %.

A titre d'exemples non limitatifs, on peut citer les gélifiants de la famille des polyacrylamides tels que le mélange Sodium acryloyldimethyltaurate copolymer / isohexadecane / polysorbate 80 vendu sous le nom Simulgel™ 600 par la société

Seppic™, le mélange polyacrylamide / isoparaffine C13-14 / laureth-7 comme, par exemple, celui vendu sous le nom de Sepigel 305™ par la société Seppic™, la famille des polymères acryliques couplés à des chaînes hydrophobes tel que le

PEG-150/decyl/SMDI copolymère vendu sous le nom de Aculyn 44™

(polycondensat comprenant au moins comme éléments, un polyéthylèneglycol à

150 ou 180 moles d'oxyde d'éthylène, de l'alcool décylique et du méthylène bis(4- cyclohexylisocyanate) (SMDI), à 35% en poids dans un mélange de propylèneglycol (39%) et d'eau (26%)), la famille des amidons modifiés tels que l'amidon de pomme de terre modifié vendu sous le nom de Structure Solanace™ ou bien leurs mélanges.

Exemples de formulations

Dans cet exemple, on a illustré diverses formulations concrètes pour une composition selon l'invention.

A- VOIE ORALE

(a) Comprimé de 0,2 g

- Rucinol 0,001 g

- Adapalène 0,001 g - Amidon 0,114 g

- Phosphate bicalcique 0,020 g

- Silice 0,020 g

- Lactose 0,030 g - Talc 0,010 g - Stéarate de magnésium 0,005 g

(b) Suspension buvable en ampoules de 5 ml

- Rucinol 0,001 g

- Rétinol 0,001 g

- Glycérine 0,500 g

- Sorbitol à 70% 0,500 g

- Saccharinate de sodium 0,010 g

- Parahydroxybenzoate de méthyle 0,040 g

- Arôme qs

- Eau purifiée qsp 5 ml

B- VOIE PARENTERALE

- Rucinol 0,002 g - Adapalène 0,001 g

- Oléate d'éthyle qs 10 g

C- VOIE TOPIQUE

(a) Onguent

- Rucinol 0,010 g - Adapalène 0,010 g

- Myristate d'isopropyle 81 ,700 g

- Huile de vaseline fluide 9,100 g

- Silice ("Aérosil 200" vendue par DEGUSSA) 9, 180 g

(b) Onguent

- Rucinol 0,300 g

- Rétinol 0,100 g

- Vaseline blanche codex qsp 100 g

(c) Crème Eau-dans-Huile non ionique

- Rucinol 0,100 g

- Adapalène 0,100 g - Mélange d'alcools de lanoline émulsifs, de cires et d'huiles ("Eucerine anhydre" vendu par BDF) 39,900 g

- Parahydroxybenzoate de méthyle 0,075 g

- Parahydroxybenzoate de propyle 0,075 g

- Eau déminéralisée stérile qsp 100 g

(d) Lotion

- Rucinol 0,050 g

- Tazarotène 0,050 g - Polyéthylène glycol (PEG 400) 69,900 g - Ethanol à 95% 30,000 g

(e) Onguent hydrophobe

Rucinol 0,250 g

Adapalène 0,150 g

Myristate d'isopropyle 36,400 g

Huile de silicone ("Rhodorsil 47 V 300" vendu par RHONE-POULENC) 36,400 g

Cire d'abeille 13,600 g

Huile de silicone ("Abil 300.000 est" vendu par GOLDSCHMIDT) qsp 100 g

(f) Crème Huile-dans-Eau non ionique

- Rucinol 1 ,000 g

- Rétinol 1 ,000 g

- Alcool cétylique 4,000 g

- Monostéarate de glycérol 2,500 g - Stéarate de PEG 50 2,500 g

- Beurre de karité 9,200 g

- Propylène glycol 2,000 g

- Parahydroxybenzoate de méthyle 0,075 g

- Parahydroxybenzoate de propyle 0,075 g - Eau déminéralisée stérile qsp 100 g

REVENDICATIONS

1. Composition caractérisée en ce qu'elle comprend, dans un milieu physiologiquement acceptable, (i) au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, et (ii) au moins un rétinoïde.

2. Composition selon la revendication 1 , caractérisée en ce que le rétinoïde est choisi parmi la trétinoine, l'isotrétinoine, l'acitrétine, l'acide arotinoïque, le rétinol, l'adapalène, le tazarotène, le retinaldéhyde, l'etrétinate, l'acide 3"-tert-butyl-4'-(2- hydroxy-ethoxy)-4"-pyrrolidin-1-yl-[1 ,1 ';3',1 "]terphenyl-4-carboxylique, l'acide 2- hydroxy-4-[3-hydroxy-3-(5,6,7,8-tétrahydro-5,5,8,8-tétraméthyl-2-naphtyl)-1 - propynyl]benzoique ou l'un de ses énantiomères, l'acide 4'-(4-isopropylamino- butoxy)-3'-(5,5,8,8-tetramethyl-5,6,7,8-tetrahydro-naphthalen-2-yl)-biphenyl-4- carboxylique, l'acide 4-{3-hydroxy-3-[4-(2-éthoxy-ethoxy)-5,5,8,8-tetramethyl- 5,6,7,8-tetrahydro-naphthalen-2-yl]-prop-1 -ynyl}-benzoïque ou l'acide 4-[2-(3-tert- butyl-4-diethylamino-phenyl)-2-hydroxyimino-ethoxy]-2-hydroxy-benzoïque.

3. Composition selon la revendication 1 ou 2, caractérisée en ce que le rétinoïde est l'adapalène.

4. Composition selon la revendication 1 ou 2, caractérisée en ce que le rétinoïde est le rétinol.

5. Composition selon l'une des revendications de 1 à 4, caractérisée en ce qu'elle comprend entre 0,0001 et 20% en poids d'au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, et entre 0,0001 et 20% en poids d'au moins un rétinoïde.

6. Composition selon l'une des revendications de 1 à 5, caractérisée en ce qu'elle comprend entre 0,01 et 15% en poids de rucinol, ou ses sels, et entre 0,001 et 10% en poids d'au moins un rétinoïde.

7. Composition selon l'une des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend entre 0,1 et 5% en poids d'au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels, et entre 0,1 et 5% en poids d'au moins un rétinoïde.

8. Composition selon l'une des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle est adaptée à une administration topique.

9. Composition selon la revendication 8, caractérisée en ce qu'elle se présente sous forme d'onguents, de solutions aqueuses, de lotions, de gels, de poudres, de tampons imbibés, de syndets, de lingettes, de sprays, de patchs, de mousses, de sticks, de shampoings, de compresses, de bases lavantes, d'émulsions, de crèmes, de pommades, de suspensions de microsphères ou de nanosphères, ou de vésicules lipidiques ou polymériques.

10. Utilisation d'au moins un composé choisi parmi le rucinol et ses sels et d'au moins un rétinoïde selon l'une des revendications précédentes, pour préparer un médicament destiné à la prévention et/ou au traitement des désordres de la pigmentation.

1 1. Utilisation selon la revendication 10, caractérisée en ce que les désordres de la pigmentation sont choisis parmi :

- le mélasma,

- les lentigines, le lentigo sénile,

- les taches de rousseur, - la kératose actinique,

- les verrues séborrhéiques pigmentées planes,

- les hyperpigmentations post-inflammatoires notamment dues à des infections, des réactions allergiques, des traumatismes (abrasion, cicatrice, brûlure), des réactions aux médicaments, des éruptions phototoxiques, ou à des maladies cutanées inflammatoires;

- les nevi,

- les hyperpigmentations à déterminisme génétique,

- les hyperpigmentations d'origine métabolique.

12. Utilisation cosmétique d'une composition selon l'une des revendications 1 à 9, pour prévenir et/ou pour lutter contre le vieillissement photo-induit ou chronologique de la peau et des phanères.

Download Citation


Sign in to the Lens

Feedback